Chambre Supérieure : Siam

siam

Cette chambre Supérieure de 28m2, aux tonalités chaleureuses, avec plafond en bois brut et poutres apparentes, est composée d’une salle de bain spacieuse indépendante avec double vasque, douche italienne, sèche serviette et sèche cheveux. Elle est équipée d’un lit Queen Size de 160.

Cliquez ici pour visiter virtuellement cette chambre

Un peu d'histoire

En 1741, Pierre Poivre (qui deviendra intendant des Mascareignes sur l’Ile de France où il accueillera plus tard le navigateur Kerguelen) se destine à l’évangélisation de l’Extrême-Orient et s’embarque pour la Chine mais son goût de l’aventure éteint vite sa vocation religieuse. Il voyage et s’intéresse à tout ce qui touche au commerce et à l’agriculture. Il est le premier à décrire le litchi. Un peu plus tard, son neveu, Pierre Sonnerat, naturaliste et explorateur publie en 1782 son Voyage aux Indes et à la Chine fait depuis 1774 jusqu’à 1781.

Louis XV et Louis XVI ouvrent largement les caisses de l’Etat pour financer les énormes dépenses qu’entraînent ces expéditions. La Compagnie des Indes poursuit donc ses activités commerciales, auxquelles s’ajoutent toujours l’évangélisation des contrées colonisées.

Malgré les problèmes rencontrés au Siam par les prêtres catholiques, les Missions Etrangères de Paris (MEP) envoient régulièrement des prêtres dans cette région d’Asie. En 1713, suite à l’invasion des Birmans au Siam, le Frère Pierre Pigneau de Behaine avec ses 40 élèves, trouvent refuge à Malacca sur le chemin de retour vers l’Inde.

En 1767, Jean-François de Surville, commerçant, aventurier breton demande à la Compagnie des Indes le droit de pouvoir faire commerce dans leurs territoires. Il partira découvrir la Nouvelle Zélande. Le 2 juin 1767, il arrive dans le détroit de Malacca et on peut sans doute imaginer qu’il se soit lui aussi arrêter à Singapour pour se ravitailler en vivres et eau potables avant d’aller explorer le Pacifique.